L'halitose et les dents

LA CARIE – Pour éviter d’avoir mauvaise haleine il y a les « trucs et astuces » qu’il est aisé de mettre en œuvre tout seul et puis il y a les cas où l’aide d’un spécialiste est nécessaire.

Comme une étiologie buccale est dans 90 % des cas pointée du doigt, le chirurgien-dentiste sera le soignant vers lequel se tourner car c’est lui qui est en charge de la bonne santé de nos dents, gencives et langue.

Parmi les maux de la bouche les plus courants : la carie, considérée comme l’un des principaux fléaux mondiaux dans le domaine de la santé avec 60 à 90 % des enfants scolarisés concernés et près de 100 % des adultes (source Organisation Mondiale de la Santé 2012).

Bien qu’en récession (le pourcentage des enfants français indemnes de carie est passé de 12 % en 1987 à 56 % en 2006 – source DREES 2013), la carie est en France une maladie qui est encore à l’origine d’importants dégâts dans une partie de la population française.

D’où vient-elle ? Quelles sont ses origines ? Comment l’éviter et joue-telle un rôle dans l’halitose ? sont les questions auxquelles nous allons apporter des réponses.

Qu’est-ce qu’une carie ?

La carie est une maladie bactérienne qui détruit progressivement les tissus durs (émail et autres tissus internes) de la dent, de l’extérieur vers l’intérieur, en créant un trou.

Une carie intervient quand l’équilibre complexe de l’environnement de la dent est perturbé. Le pH buccal, la plaque dentaire, le débit salivaire, les prises alimentaires constituent des agressions potentiellement pathogènes.

La carie connaît 4 stades d’évolution :
− destruction de l’émail (sans douleur),
− agression de la dentine (sensibilité au chaud, froid, etc.),
− atteinte de la pulpe (très douloureux),
− dernier stade : les bactéries colonisent les tissus autour de la dent et c’est la formation d’un abcès.

Sans l’intervention d’un dentiste, une carie ne guérit pas.

Origines de la carie

A partir de l’alimentation, certaines bactéries de la flore buccale synthétisent des acides capables de déminéraliser l’émail puis les autres tissus de la dent.

Sont incriminés principalement les glucides c’est-à-dire les sucres tels que le lactose, le saccharose, le glucose et le fructose que l’on retrouve non seulement dans les aliments sucrés mais aussi salés (gâteaux apéritif par exemple). Les bactéries de la plaque dentaire en se nourrissant de ces glucides produisent des acides qui agressent l’émail des dents.

Pour qu’il y ait carie, il faut donc la présence de sucres et de bactéries mais aussi d’un 3ème facteur : le temps. La simple collision entre sucres et bactéries ne suffit pas.

Enfin, signalons que nous ne sommes pas tous égaux devant les caries. Certaines personnes présentent une prédisposition naturelle : dents plus ou moins bien alignées qui rendent plus ou moins facile le brossage, fragilité de l’émail, pH acide de la salive, défenses immunitaires locales et générales affaiblies, etc.

Lactose, saccharose, glucose, fructose… et halitose ?

Comme il est impensable de supprimer les glucides de notre alimentation et les bactéries de la flore buccale, le facteur sur lequel il est possible d’agir reste l’hygiène bucco-dentaire pour diminuer le temps de cohabitation entre bactérie et glucides. L’utilisation d’une brosse à dents en bon état avec une petite tête pour aller partout, d’un fil dentaire ou d’une brossette inter-dentaire pour déloger les débris alimentaires immédiatement après chacun des 3 principaux repas, avec un dentifrice à base de fluor , est la meilleure des préventions contre la carie.

A contrario, l’apparition de carie est donc souvent le signe d’une hygiène bucco-dentaire défaillante et pour cette raison elle est souvent associée à la mauvaise haleine.

Elle n’est pas en elle-même une cause primaire de mauvaise haleine puisque la lésion carieuse se développe en terrain acide (pH autour de 5,5). Or nous savons que l’halitose se développe en terrain basique, propice au développement des bactéries anaérobies, responsables des CSV (Composés Soufrés Volatils) à l’odeur incommodante.

La carie, en étant le reflet d’un brossage insuffisant, cohabite bien souvent avec le phénomène de l’halitose. C’est la raison pour laquelle la mauvaise haleine peut être liée à l’existence de caries. Elle peut effectivement être révélatrice de lésions carieuses non traitées.