Une bonne haleine
en dehors de chez soi

Lutter contre la mauvaise haleine passe par une une hygiène dentaire rigoureuse. Parce que dans la grande majorité des cas l’origine de l’halitose se trouve dans la bouche et que sa principale cause n’est autre que les débris alimentaires qui sont « oubliés » entre les dents, à la jonction dent/gencive ou encore sur la langue dont les nombreuses papilles offrent des sites de colonisation protégés. Parmi les 500 espèces différentes de bactéries qui composent la flore buccale, certaines – les bactéries anaérobies à Gram négatif – petit-déjeunent, déjeunent, goûtent et dînent dans la bouche en trouvant festin dans les résidus alimentaires qui composent la plaque dentaire. Le hic ? Elles le font en dégageant des gaz (Composés Soufrés Volatils ou CSV) à l’odeur nauséabonde qui constitue la mauvaise haleine.

A la maison, aidé du kit « bonne hygiène dentaire », il est aisé de lutter contre la mauvaise haleine. Brosse à dents, dentifrice, fil dentaire (voire brossette inter-dentaire), bain de bouche et gratte-langue pour les plus perfectionnistes, utilisés après chaque repas d’une façon appliquée, permettent de combattre la mauvaise haleine.

Les différentes situations « en extérieur »

Mais quand on prend son repas à l’extérieur, que ce soit au restaurant ou à la cantine, se laver les dents est parfois compliqué et le risque de mauvaise haleine est accru. De même, il existe certaines situations qui favorisent l’halitose, notamment celles pendant lesquelles la bouche reste longtemps fermée, la salive ne jouant pas son rôle auto-nettoyant et les CSV s’accumulant ! A l’issue d’une pièce de théâtre, à la sortie du cinéma ou après un vol long courrier, toutes ces situations peuvent être sources de mauvaise haleine.

Enfin, il existe d’autres situations où avoir mauvaise haleine ne pardonne pas, comme par exemple lors d’un rendez-vous amoureux ou un entretien d’embauche.

Dans toutes ces situations « en extérieur », il existe heureusement des solutions pour combattre la mauvaise haleine !

Le cas particulier du fumeur
L’air expiré par le fumeur est un double mélange de composants de fumée. Il y a les composants qui, après avoir transité par le système de la circulation sanguine, sont acheminés vers les poumons puis expirés. Et ceux qui, temporairement déposés dans les muqueuses des voies respiratoires supérieures et inférieures, se retrouvent au final dans l’air expiré sans avoir transité par le sang.
Même chez les fumeurs passifs, cette haleine particulière, dite « haleine du fumeur », peut se rencontrer. La fumée de tabac contenant des CSV incriminés dans la pathogenèse de l’halitose, le fumeur a souvent mauvaise haleine.
Et chez les fumeurs de pipe ou cigare, la concentration plus élevée de composés soufrés accentue cette haleine caractéristique.
Une autre raison explique le phénomène de mauvaise haleine plus répandu chez les fumeurs. En augmentant les facteurs (réduction du flux salivaire, rétention de la plaque dentaire et réduction du métabolisme gingival) de maladies parodontales (gingivites ou parodontites), le tabagisme contribue à l’halitose.

Les solutions pour avoir une bonne haleine

Les solutions pour éviter d’avoir mauvaise haleine quand on n’est pas à la maison se classent en deux catégories : celles qui masquent la mauvaise odeur et celles qui ont un rôle antiseptique donc actif sur l’origine de la mauvaise haleine et les bactéries responsables.

Les solutions « cosmétiques »

Dans cette catégorie, se retrouvent les pastilles à sucer et gommes à mâcher qui sans substances actives ne permettent pas d’obtenir une réduction significative de l’halitose mais juste temporairement une haleine parfumée. A noter que le séjour prolongé de sucre (composant souvent récurrent de ces solutions dites cosmétiques) dans la bouche entraîne à court terme une augmentation de la concentration des CSV…

Parmi les remèdes anciens de nos grands-mères, citons les solutions naturelles à base de clou de girofle, baies de cardamome, graines de fenouil ou d’aneth ou encore les feuilles de persil frais à mastiquer.

Les solutions « actives »

Fruit de l’activité de bactéries buccales (anaérobies à Gram négatif) en présence de débris alimentaires, la mauvaise haleine est réduite quand ces bactéries sont neutralisées ou, en tout cas, leur nombre diminué.

En faveur de cette action d’assainissement, la chlorhexidine est un antiseptique à large spectre d’action, actif aussi bien sur les germes Gram positif que les Gram négatif.

Quant au zinc, il est connu pour potentialiser l’action de la chlorhexidine.

Ces deux actifs peuvent être contenus dans des solutions nomades, sous forme de spray anti halitose, pratiques pour être utilisées en dehors de la maison, pour combattre durablement la mauvaise haleine et assainir la cavité buccale.

Enrichies en arôme menthe ou menthe forte, ces solutions ont également une action immédiate.