Fermentation et mauvaise haleine : préserver sa flore intestinale

Vous brossez vos dents après chaque repas, vous grattez même votre langue, vous utilisez des bains de bouche et vous consultez votre chirurgien-dentiste au moins une fois par an. Bref, votre hygiène bucco-dentaire est irréprochable et pourtant vous souffrez de mauvaise haleine ! Il est temps pour vous d’explorer une autre piste souvent négligée par la médecine traditionnelle : la relation entre l’halitose, cette mauvaise haleine tenace, et vos bactéries intestinales.

 

Chez une personne saine, la flore intestinale est majoritairement constituée de bactéries amies qui aident à la digestion. Mais différents mécanismes peuvent déséquilibrer la répartition entre micro-organismes salutaires et micro-organismes néfastes. On parle alors de dysbiose dont les manifestations les plus connues sont putréfaction avec flatulences malodorantes, selles défaites, constipation et haleine fétide.

Halitose et estomac

Les reflux gastro-oesophagiens (R.G.O.) favorisent cette mauvaise haleine de l’estomac car une petite quantité du liquide gastrique remonte le long de l’œsophage entraînant des relents d’odeurs acides et âcres. Ce désagrément peut être dû à une hernie hiatale ou plus généralement à un dysfonctionnement de la zone de jonction entre l’œsophage et l’estomac.

 

La carence enzymatique gastrique qui peut diminuer la sécrétion acide de l’estomac touche plus particulièrement les personnes âgées et entraîne une digestion lente et difficile, d’où une pullulation microbienne et une mauvaise haleine.

 

Alors quelle solution à cette mauvaise haleine provenant de l’estomac ?

 

Bien évidemment votre médecin vous prescrira un traitement et complétera certainement ses investigations en vous faisant passer une gastroscopie (une petite caméra lui permettra de savoir exactement dans quel état se trouve votre estomac et éventuellement de faire quelques prélèvements).

 

Mais vous avez votre rôle à jouer pour améliorer votre digestion et avoir une bonne haleine !

 

Pour diminuer les reflux gastro-oesophagiens, ne vous allongez pas trop rapidement après le repas : le temps normal d’une vidange gastrique complète est de 2 à 3 heures. Participez activement au traitement de la mauvaise haleine de l’estomac en prenant votre temps pour manger : mâchez bien vos aliments ! La salive, avec ses enzymes digestives, démarre le travail de digestion. Alors ne buvez pas trop pendant les repas car vous diluerez la salive et les sécrétions gastriques, rendues ainsi moins efficaces.

 

Autre astuce : emmenez partout avec vous un spray assainissant buccal. Quoiqu’il arrive et où que vous soyez, une petite pulvérisation et vous êtes sûr de vous !

Halitose et intestins

En plus d’engendrer une mauvaise haleine, la pullulation de mauvaises bactéries intestinales entraine d’autres symptômes comme des ballonnements douloureux, des migraines, une fatigue chronique… Sans oublier la constipation, véritable fléau, souvent traitée médicalement uniquement par des laxatifs ou autres mucilages.

 

Alors intéressons-nous aux causes plutôt qu’aux symptômes pour savoir comment lutter contre la mauvaise haleine. Il s’agit de faire une véritable remise en question de nos habitudes alimentaires qui bien souvent agressent quotidiennement nos intestins. Une alimentation trop riche en sucres favorise la fermentation et la production de gaz digestifs. Un régime faisant appel essentiellement aux protéines entraîne une pullulation des bactéries de putréfaction. Une alimentation pauvre en fibres amène à une diminution significative des bonnes bactéries.

 

Vous comprenez pourquoi combattre la mauvaise haleine demande quelques changements d’habitude de vie. Mais avec la nutrition santé vous pouvez lutter contre la fermentation intestinale, source de mauvaise haleine. Un remède contre la mauvaise haleine serait donc de préserver votre précieuse flore bactérienne : réfléchissez à la meilleure façon pour vous d’adopter une alimentation saine et bien choisie. Il s’agit d’entretenir sa flore intestinale au quotidien.

 

Vous pouvez vous inspirer des écrits sur le régime paléobiotique : véritable retour aux sources, c’est-à-dire retour au régime alimentaire de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs ! Le principe est simple : plus l’aliment est sain moins il est délétère pour nos intestins. Alors dans la mesure du possible, pour lutter contre la mauvaise haleine, il est préférable de manger des aliments biologiques, donc de saison et non raffinés, non industriels y compris pour les produits issus d’animaux (élevage en plein air). Si on limite les protéines et les glucides, on n’oublie pas les légumes ! (Au moins 70% de l’apport alimentaire).

 

Autre traitement mauvaise haleine : le coup de pouce du médecin micro nutritionniste. Il vous aidera à diagnostiquer l’étiologie exacte de votre dysfonctionnement digestif et vous conseillera que faire contre la mauvaise haleine. Si besoin, il vous prescrira une supplémentation pour cicatriser votre muqueuse intestinale et restaurer une flore bactérienne de qualité.

 

Vous sentirez rapidement les bienfaits de tels changements, et en attendant vous pouvez toujours compter sur l’efficacité du spray haleine.

 

Même si elle est parfois le résultat de troubles digestifs, la mauvaise haleine n’est donc pas une fatalité. Vous savez maintenant comment avoir une bonne haleine : préservez votre flore intestinale en adoptant la nutrition santé. Le plus gros travail consiste à identifier la ou les causes. Au prix de quelques ajustements dans votre mode de vie, vous réussirez non seulement à avoir une bonne haleine mais également à éliminer d’autres symptômes souvent liés aux troubles digestifs : ballonnements douloureux, flatulences odorantes, constipation…mais aussi céphalées, état de fatigue…

 

Et n’oubliez pas de prendre le temps de bien mastiquer vos aliments et d’éviter les sources de stress (même si ce n’est pas toujours facile).

 

Article sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *